Arthur’s pass – Canterbury

23 septembre 2018 1 commentaire

Après la visite de l’Aroaki/ Mont cook, et au vu de notre “avance sur planning”, nous avons décidé de prolonger le plaisir en nous accordant une boucle bonus vers Arthur’s Pass que nous n’avons jamais vraiment eu l’occasion d’emprunter malgré sa réputation. C’est donc après un arrêt ravitaillement à Christchurch que nous nous sommes lancés sur les jolies routes du col d’Arthur pour en prendre encore plein les yeux et le coeur !

La colline au chateau

castlehill_arthurspass

Comme il existe peu de campings gratuits sur la route, nous choisissons de passer une nuit sur les abords du Lac Lyndon où l’arrêt est toléré.

Le lendemain nous ferons notre premier arrêt officiel au niveau de la colline au château. On trouve ici un amoncellement de blocs calcaires naturellement disséminés sur la colline, de sorte qu’on croirait les ruines d’un château abandonné. Un lieu inhabituel et emprunt d’aventures, il n’y a pas de chemin prédéfini donc on laisse nos pas nous emmener sur tel rocher ou dans tel recoin. Arche naturelle, voie d’escalade, cavités, labyrinthe, le tout forme une immense aire de jeux naturelle par laquelle on se laisse facilement séduire.

Le village d’Arthur’s pass

waterfall_arthurspassNous sommes arrivés au village d’Arthur’s pass dans la même journée et avons découvert ce tout petit endroit parfaitement aménagé pour l’accueil des randonneurs.

Effectivement, si vous ne souhaitez pas vous adonner à quelques unes des balades proposées, alors il n’y a pas grand chose à faire ici.

La randonnée la plus réputée de l’endroit est celle d’Avalanche peak, il faut compter 8h pour en venir à bout sur une piste raide et dangereuse. Étant tous les deux un peu las de tous ces précédents jours de marche et diverses très belles randonnées, nous avons opté pour des balades plus courtes et plus aisées.

La cascade Devils Punchbowl

Nous commencerons par la courte ascension menant à une jolie cascade de 130m de haut, facile d’accès et toujours plaisante c’est le genre de petite balade qui vous met en jambes pour la suite des événements.

La piste d’Arthur pass

arthurspass_walk

C’est la deuxième marche que nous choisissons d’effectuer, 3h d’une piste facile à travers la végétation, le long de la rivière et délivrant de superbes vues sur les sommets alentours. Elle n’est, malheureusement, pas très bien balisée, de sorte qu’on ne sait jamais où on se trouve dans le déroulement de la randonnée ni à quel moment faire demi-tour. N’en déplaise, nous avons quand même su apprécier le charme des lieux même si nous n’y avons pas croisé l’ombre d’un perroquet des montagnes, le Kea.

Le virage de la mort

viaduc_arthurspassAprès notre retour de balade et  un pique-nique un brin tardif, nous décidons de laisser le village d’Arthur’s pass derrière nous pour poursuivre notre route. Notre arrêt suivant se fera au niveau du point de vue donnant sur le “virage de la mort“. Ce dernier n’est autre que le grand viaduc traversant, sur une hauteur et une pente vertigineuse, les gorges d’Otira. Un doux mélange entre surréalisme et prouesse de science qu’il est plaisant d’aller voir. En bonus, c’est sur ce parking que nous rencontrerons, enfin, toute une famille de kéas curieux et joueurs. Un arrêt surprenant pour une rencontre inespérée, un moment génial pour nous.

Après ce moment, nous décidons de quitter la passe pour aller dormir sur les rives du lac Brunner. Nous y trouverons un camping gratuit très agréable tout proche de l’eau, nous aurons d’ailleurs la joie de nous accorder une petite baignade avant la nuit. Le lendemain matin nous ferons une petite randonnée sur les hauteurs du lac avant de reprendre la route menant à notre prochaine étape, Kaikoura via la ville d’Hanmer spring.

Kea_arthurspass


Nous avons vraiment apprécié ce petit bonus que nous avons souhaité nous accorder dans le parc national d’Arthur’s pass. Même si nous n’avons pas fait les grandes randonnées bien connues du parc, nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir, encore une fois, ce très bel et privilégié environnement. Des kilomètres en plus que nous avons accueillis sans le moindre regrets.