Préparer son PVT / Voyage

24 avril 2017 Pas de commentaire
Intention
Estérel

Dis, et si on partait ?

Nous sommes un tout jeune couple de Français et nous avons décidé de nous lancer dans un nouveau projet. Le genre de projet qu’on garde dans le coin de sa tête, parfois pendant des années, de ceux qui font rêver mais qui n’aboutissent pas toujours. Nous avons 26 ans, sommes tous les 2 en CDI, sommes propriétaires d’un appartement acheté avec crédit, bref la routine bien installée et une affaire qui roule. Pourtant, l’envie d’aventures, d’évasions et de découvertes nous titillent dangereusement. Nous ne sommes pas vraiment bons en anglais, ni grands baroudeurs, mais après tout… pourquoi pas nous ?

Plan

Nous avons la chance, à notre époque, d’avoir la possibilité de faire un « Permis Vacances Travail » ou « Working Holiday Visa » pour les anglophones. Il s’agit d’un visa permettant de travailler et de voyager dans un pays partenaire de notre France natale, pendant 1 an. Pour y être éligible, les critères peuvent changer d’un pays à l’autre mais grossièrement il suffit d’être âgés de 30 à 35 ans, d’avoir un passeport valide, d’avoir quelques économies, puis de postuler.
Notre choix se portait sur le Canada ou la Nouvelle-Zélande. Après avoir pris conscience de nos chances d’obtention, pour chacun de nous, du PVT au Canada, notre choix s’est naturellement arrêté sur la Nouvelle-Zélande dont le PVT est obtenu tout simplement après achat.

Préparation

DéménagementAprès cette prise de décision, 6 mois de préparation nous ont été nécessaires, d’une part pour économiser, d’autre part pour nous séparer de notre logement, nos biens, nos boulots, et régulariser nos situations. Nous avons donc vendu, appartement, véhicule, motos, mobiliers, changer le statut de notre entreprise secondaire, l’un de nous a démissionné et l’autre demandé, et obtenu, une année sabbatique. La vente de l’appartement ayant eu lieu 2 semaines avant notre départ, nous sommes retournés vivre chez nos parents, qui habitent le même coin, durant les quelques jours qui nous restaient à vivre en France. Nous avons également pu compter sur nos familles pour nous aider à déménager et stocker notre mobilier restant et nos affaires.

Transport

AvionLe voyage pour un pays se situant littéralement à l’autre bout du monde  peut être long et éprouvant. Habitant dans le sud de la France, il nous était plus facile de partir depuis les aéroports de Nice ou Marseille plutôt que depuis Paris, ce qui nous aurait fait engager des frais inutilement. C’est donc depuis le site de Skyscanner que nous avons trouvé notre bonheur, une première étape NICE-BANGKOK puis une seconde, 9 jours plus tard, BANGKOK-AUCKLAND. Nous avons donc profité de notre escale pour nous offrir un mini tour de thaïlande avant de commencer notre PVT en nouvelle Zélande.

L’outil Skyscanner permet de trouver rapidement les tarifs les plus avantageux grâce à son moteur de recherche qui offre la possibilité de rentrer des données très larges.

Pour nous, nous avons demandé quels étaient les tarifs les moins chers vers l’asie au départ de Nice au mois de mars. Comme nous savions quelles étaient les grandes plateformes aériennes pouvant nous conduire en Nouvelle-Zélande, cette possibilité de recherche nous a été utile avec Bangkok en tête de liste avant Hong-Kong.

Équipements

La Nouvelle-Zélande est réputée pour être un pays à tendance tempérée humide, mais où les hivers peuvent s’avérer rigoureux notamment dans l’île du sud. C’est également un pays où l’achat de vêtements techniques et de matériels spécialisés est cher. Aussi, c’est en France que nous avons choisi de nous équiper avec, essentiellement, du matériel de randonnée de notre très cher DECATHLON Fréjus qui, avouons-le, a un rapport qualité-prix quasi indétrônable. Nous y avons donc acheté l’essentiel de nos vêtements techniques et accessoires, afin de survivre à la chaleur de la Thaïlande ainsi qu’au froid hivernal de Nouvelle-Zélande. Bien sûr l’achat de matériel supplémentaire sera certainement nécessaire en cours de route.

Pour vous donner une idée => voici la liste du matériel que nous prenons dans nos bagages.

Administratif

Hormis l’obtention du visa, qui est une nécessité, il a fallu également procéder à quelques démarches administratives pré-départ.
Rembourser nos crédits, ou laisser assez d’argent sur le compte prélevé pour qu’il s’autogère jusqu’à la fin. Résilier nos assurances auto, moto, habitation, mobile, protection juridique. Vérifier la date de validité de notre carte bancaire.
Pré-ouvrir en compte en banque en Nouvelle-Zélande (c’est possible notamment à l’ANZ) et prendre un rendez-vous de finalisation, souscrire une assurance voyage.

Santé

Outre la souscription d’une bonne assurance voyage, il faut penser à prendre quelques médicaments de base. Disons de quoi faire face aux impondérables habituels ou de ceux auxquels vous êtes particulièrement sujet.  Pensez également à la crème solaire, la biafine, l’anti moustique, et nous conseillons aussi un pot de baume du tigre qui a la faculté de traiter plein de petits maux.

Pour les filles, concernant la contraception, si vous êtes sous pilules plusieurs solutions sont envisageables :
– soit vous vous y prenez tôt et vous faites en sorte de monter un stock,
– soit vous prenez toutes les boîtes d’un coup mais vous devrez les payer,
– soit vous vous faites poser un implant ou un stérilet,
– soit le préservatif (re)devient votre nouveau meilleur ami
Nous avons opté pour la première solution, et avons fait le stock dans plein de pharmacies différentes avant le départ. Je pense que la sécu a dû notifier ça d’une grosse croix rouge sur mon dossier, mais c’est pour la bonne cause voyons !

Selon le pays choisi, n’oubliez pas de vous renseigner sur les vaccins éventuellement imposés et profitez-en, pour vérifier que vos vaccins habituels sont à jour.